A la rencontre d’un menuisier

Cet article a été pensé, rédigé et publié avec l’aide d’élèves de 3eme de la Maison Familiale Rurale de Saint-Léopardin d’Augy.

« La menuiserie est un métier où l’on travaille le bois. C’est une matière noble et naturelle. Ce qui me plait dans cet univers, c’est que l’on part d’un tronc pour arriver à de jolis meubles finis. Dans le cadre de mon stage, nous avons pu réaliser un meuble, une fenêtre. »

Hugo Roch, élève de la MFR

Après avoir réfléchi au plan, il faut organiser toutes les étapes de la production pour savoir dans quel ordre les tâches vont être réalisées.

Par exemple pour réaliser une porte, il va falloir choisir son bois, savoir s’il va correspondre à ce dont on a besoin, s’il n’a pas de défaut, regarder la matière et savoir quelle partie du bois va être utilisée pour telle partie de la porte… Il va falloir choisir différentes parties de l’arbre. Une fois ce choix effectué, on a une matière brute qu’on va transformer. On va alors dégauchir (c’est-à-dire rendre plat le bois pour avoir une surface d’équerre), raboter…

Ensuite on va tracer en fonction du plan, repérer les différentes pièces de bois et les endroits où on va unir deux pièces de bois. Ce sont des assemblages : on va creuser la matière, en retirer pour que les deux pièces puissent rentrer l’une dans l’autre. Il y a donc toute une partie de traçage qui demande beaucoup de concentration, car si le traçage est raté, on va se rendre compte à la fin du processus que tout est à refaire.

On a tendance à se rendre compte de toutes ces erreurs au bout de 3-4 jours, il faut alors recommencer les pièces, ce qui entraîne une grande perte de temps. Une fois que tout est tracé, qu’on a repéré tous les usinages, on part aux machines avec nos pièces de bois qu’on va faire passer à la toupie pour faire des moulures ou faire un profilage dans le bois…

Enfin, il y a l’étape de montage qui est le moment où on va se rendre compte de si on a bien travaillé en amont ou pas. La menuiserie n’est pas très compliquée, chaque étape prise individuellement est assez simple. Il s’agit d’une superposition de tâches pas très complexes mais qui doivent être parfaitement exécutées. C’est très binaire : c’est oui ou non. Il y a certains métiers où on peut avoir quelque chose de presque bon. Or dans la menuiserie, la sanction est très rapide. Il n’y a donc pas beaucoup de places pour l’hésitation. Si les pièces ne se montent pas c’est que le travail n’est pas bon et inversement ».

Afin de compléter les premières réflexions d’Hugo, nous avons complété par l’extrait d’une interview de Pierre, menuisier et formateur aux compagnons du devoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s