LECTURE: Entrez dans la danse

Mélanie Fiol nous propose de retrouver plusieurs de ses lectures, au fil de ses inspirations, dans cet article, elle présente « Entrez dans la danse », publié aux éditions Editions Julliard, en Février 2018.

Les grandes lignes 

Strasbourg, juillet 1518, Enneline sort de sa maison, son enfant dans les bras et le regard vide. Elle traverse un des ponts de la ville, s’arrête et jette son bébé par-dessus bord avant de commencer à danser. Petit à petit sa danse s’accélère et devient frénétique, personne ne parvient à l’arrêter, pas même son mari qui tente de la raisonner.        
Au fil des jours, des personnes se joignent à sa danse et finissent par constituer un cortège qui ne s’arrêtera pas de danser pendant presque deux mois. Cette folie dansante, comme elle sera nommée plus tard, remonte au conseil de la ville à qui l’on demande d’intervenir.    
Comment arrêter cette épidémie qui semble gagner de plus en plus de monde ? Qu’elle en est la raison ?

La folie ou fièvre dansante de Strasbourg : 1518

En dépit des efforts pour oublier ce pan de l’Histoire, l’anecdote de la folie dansante de Strasbourg est arrivée jusqu’à nous grâce à des documents officiels des autorités locales. Un conseil de personnalités, d’élus, de médecins et de clercs se réunit afin de déterminer la cause de cette folie et tente par tous les moyens d’y mettre un terme.  
Pensant initialement à une fièvre, la commune décide de mettre en place une scène avec un orchestre dont les musiciens joueront jour et nuit en se relayant. Si c’est une fièvre alors autant la faire partir en transpirant ! Pourtant rien n’y fait et le groupe de danseurs reste imperturbable. Au terme de six semaines, les danseurs s’arrêtent et rentrent chez eux, épuisés. La légende évoquera des morts d’épuisement et des milliers de personnes, il n’en est rien.

A la suite de cet épisode, le conseil de la ville envoie les danseurs en pèlerinage à Saverne pour honorer Saint-Guy, protecteur des malades atteints de « chorée » aussi appelée « danse de Saint Guy ». Quelques années plus tard, le médecin Paracelse enquête sur cette mystérieuse épidémie, pour lui c’est une révolte des femmes contre la tyrannie conjugale. Il est difficile d’estimer le nombre de personnes touchées par cette fièvre ni ce qui l’a vraiment causé. L’ergotisme a été mentionné mais ne fait pas l’unanimité auprès des historiens. La raison est-elle donc ailleurs ?

Quelques mots sur l’auteur

Jean Teulé né en Février 1953 à Saint Lô dans la Manche est romancier et auteur de bande dessinées. Il a également travaillé dans le cinéma et à la télévision. Certains de ces romans sont adaptés au théâtre comme au cinéma.
Tous ses livres sont publiés en édition de poche aux éditions Pocket.

Bilan du livre

Dans cet exemple-ci, Jean Teulé part d’un fait historique et tente de reconstituer l’histoire qui l’entoure. Comme avec Je, François Villon, l’auteur met un accent sur un fait ou un personnage historique et nous fait lire l’Histoire autrement. Dans ce livre de 119 pages, l’auteur raconte le désespoir, la famine et les maux qui assaillent les strasbourgeois. La lecture y est facile et bien que l’histoire soit romancée, le mystère qui entoure cet événement historique nous pousse à en savoir davantage. Surtout lorsque l’on sait que tout a été fait pour faire oublier cette histoire ! La réponse ne se trouve pas dans le livre mais alimente la réflexion. Pour l’auteur, cette danse serait un cri de la vie, de la volonté de continuer lorsque tout espoir vous a abandonné.

Pour en savoir plus sur la folie dansante de Strasbourg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s